La Règle du jeu - Image une news ESC

La Règle du jeu selon ESC

Quand l’assistant chef de produit vidéo chez ESC a répondu favorablement à notre demande de chronique de La Règle du jeu, nous aurions dû nous méfier. C’est que par favorable il fallait entendre l’envoi de la seule galette 4K avec la précision « désolé plus de check discs Blu-ray ». Passé la déception avec la seule perspective de ne pouvoir rendre compte intégralement de cette édition labellisée collector uniquement après sa sortie, on s’est rabattu sur une précommande en bonne et due forme sur un site de e-commerce bien connu de tous. Mais un membre de notre équipe toujours à l’affût et bien (trop) souvent fourré à la Fnac nous appelle pour nous dire que le titre était déjà en vente. Précisons que nous étions le samedi 13 août soit 4 jours avant la sortie officielle de La Règle du jeu annoncée pour le 17. Son acquisition effectuée sur le champ nous voilà parti à la découverte du chef d’œuvre de Renoir. Mais voilà, la méfiance trop rapidement jetée aux orties se rappelait à notre bon souvenir à la découverte du Blu-ray. Explication.

Rappelons d’abord et à toutes fins utiles que La Règle du jeu a enfin eu les honneurs d’une restauration bien méritée tant celui-ci a toujours été jusqu’ici exploité via des masters peu dignes de la place essentielle que représente ce film dans l’histoire mondiale du cinéma. À ce jour, seul le Blu-ray édité par Criterion aux États-Unis en 2011 permettait de (re)découvrir le film selon des bases techniques certes d’un autre temps mais en tout cas bien supérieurs à toutes les éditions parues dans le monde à commencer par la France où Les Editions Montparnasse en 2011 puis Movinside / ESC en 2017 et 2021 n’ont que très peu contribué à rendre les honneurs à La Règle du jeu sur le support.

C’est donc habité d’un fol espoir doublé d’une attente fiévreuse que nous avions accueilli la nouvelle de travaux de restauration en 4K en 2021. Ils ont été diligentés par la Cinémathèque Française et les Grands Films Classiques (ayant droit du film) en collaboration avec The Criterion Collection / Janus Films et la Cinémathèque suisse. Plus précisément la restauration 4K de l’image et l’étalonnage ont été menés au laboratoire Hiventy à partir d’un contretype composite, en grande partie nitrate, déposé par les Grands Films Classiques au CNC. Hiventy que nous avons d’ailleurs rencontré récemment et qui nous ont détaillé leurs travaux sur le film de Renoir (montage vidéo à venir). Le négatif du film ayant été détruit pendant la seconde guerre mondiale, les travaux de restauration numérique ont été réalisés, en s’appuyant sur la reconstruction menée en 1959 par Les Grands Films Classiques, approuvée par Jean Renoir. Le son, quant à lui, a été restauré par le studio L.E. Diapason, à partir d’un contretype son nitrate incomplet et du négatif issu du mixage en 1959. Toutes ces infos, on les retrouve via un carton présent en préambule du film… mais uniquement sur la galette 4K.

La Règle du jeu - Combo ouvertLes galettes BD et UHD proposent les mêmes sérigraphies

Et pour cause puisque le Blu-ray n’est autre que la reprise in extenso de celui édité en 2017 par Movinside. Oui vous avez bien lu. Voici une édition combo vendue à 24,99€ qui nous refourgue un Blu-ray vieux de 5 ans. De simples questions se bousculent dès lors. Nous allons essayer ci-dessous de les formaliser au mieux :

  • À qui s’adresse du coup cette édition ? Vous nous direz spontanément : Aux seuls possesseurs d’un équipement 4K qui vont s’en foutent royal du Blu-ray.
  • Mais alors pourquoi se casser le tronc à proposer un tel combo ?
  • En interne on s’est dit que le coût d’un nouveau Blu-ray aurait sans doute été trop onéreux compte tenu du marché. Il aurait de plus forcément fallu revoir le prix de vente à la hausse.
  • Mais alors pourquoi ne pas juste proposer une édition 4K via un prix de vente revu à la baisse (ou pas d’ailleurs) ?
  • On rappelle au passage que la philosophie du combo au temps de l’arrivée des premiers Blu-ray sur le marché était justement de donner envie aux consommateurs de mettre au chaud dans sa collection la galette Blu-ray dans la perspective d’une mise à jour de son matériel tout en ayant la possibilité de profiter immédiatement de son film en DVD.
  • Avec ce combo de La Règle jeu on avoue que l’on est perdu : d’une part parce que à la découverte du film en Blu-ray, cela ne donne pas vraiment envie d’en savoir plus en 4K et que d’autre part celui ou celle ayant déjà acquis l’une des 3 précédentes éditions se retrouvent un tantinet floué étant entendu que rien n’est fait sur la jaquette ou ailleurs pour avertir le consommateur qu’il aura entre les mains rien d’autre qu’un Blu-ray déjà sorti.

On vous laisse avec ces questions / réflexions pendant que notre ami Stéphane met la touche finale à son papier consacré au seul Blu-ray 4K. On précise que certaines d’entre elle ont été envoyées à l’éditeur en espérant des réponses. Malheureusement en pleine semaine du 15 août tout le monde est en vacances. Ce qui nous laisse aussi songeur quant à la date de sortie choisie pour un tel monument. Quant à nous, on retourne fissa à la Fnac rendre ce combo en attendant une future édition 4K + BD chez Criterion. Une acquisition que nous ferons les yeux fermés tant nous savons que l’éditeur new-yorkais ne nous fera pas le même coup technique. On est aussi persuadé qu’il reprendra a minima les pléthoriques bonus présents depuis 2004 au sein de l’édition DVD qui demeurent encore aujourd’hui la référence en la matière.

Edit 29/08 : Nous avons eu un retour d’ESC qui a donc eu l’amabilité de répondre à nos questions. Nous vous les remontons telles que nous les avons découvertes. Et nous vous laissons le soin d’en juger par vous-mêmes.

    • Pourquoi ne pas avoir proposé un disque Blu-ray issu du nouveau master 4K pour cette nouvelle édition Combo Blu-ray 4K + Blu-ray ? (En interne on s’est dit que le coût d’un nouveau Blu-ray aurait sans doute été trop onéreux compte tenu du marché. Il aurait de plus forcément fallu revoir le prix de vente à la hausse.)

Effectivement, les premières prévisions de valeur se situaient à 39,99€ TTC, le coût d’un nouvel authoring Blu-ray & DVD ne permettait pas de sortir un disque UHD, et donc nous aurions continué à exploiter les mêmes disques que précédemment, sans jamais sortir l’UHD. Suite à plusieurs discussions avec les enseignes, nous avons décidé de baisser le prix à 24,99€ pour rendre le film accessible au plus grand nombre. Un prix trop élevé aurait limité sa mise en place en magasin, donc sa disponibilité et donc ses ventes. Les précédents UHD de classiques français à prix élevés, n’ont jamais été de glorieux succès.
Ceci étant dit, avec ou sans Blu-ray, une édition UHD patrimoine se vend rarement en dessous de 24,99€.

  • Pourquoi ne pas avertir le consommateur que le Blu-ray n’est pas issu du nouveau master utilisé pour le disque Blu-ray 4K ?

Parce que ce n’est pas l’usage, peut-être une pratique à changer à l’avenir je peux en convenir.

  • Enfin, notre interlocuteur a voulu mettre en avant un autre passage de notre article : « On rappelle au passage que la philosophie du combo au temps de l’arrivée des premiers Blu-ray sur le marché était justement de donner envie aux consommateurs de mettre au chaud dans sa collection la galette Blu-ray dans la perspective d’une mise à jour de son matériel tout en ayant la possibilité de profiter immédiatement de son film en DVD. »

Il s’agit toujours de la même philosophie pour les combo UHD + BD 🙂 . La nouveauté est l’UHD. Le Blu-ray est un bonus, pour le consommateur qui prévoit de s’équiper en UHD, et souhaite tout de même revoir le film en attendant.
De cette façon pour La Règle du jeu, le dilemme final était le suivant :
– 24,99€ une édition UHD-4K seule

ou
– 24,99€ une édition UHD-4K + 1 BD pour ceux qui souhaitent s’équiper en UHD, mais profiter du film.
ou
– 19,99€ une édition Blu-ray, avec mise à jour du master.

Pour une édition, qui, avec ou sans Blu-ray, aurait été vendue à 24,99€ ; et qui donne accès à la seule galette UHD disponible (au monde !) de ce classique du cinéma français, je trouve dommage le ton employé dans l’article.

J’espère que ces réponses vous conviendront.

Une réflexion sur « La Règle du jeu selon ESC »

  1. « En interne on s’est dit que le coût d’un nouveau Blu-ray aurait sans doute été trop onéreux compte tenu du marché. Il aurait de plus forcément fallu revoir le prix de vente à la hausse. »
    On peut décemment supposer que le marché UHD était nettement plus petit que le marché BR, s’il fallait tenir compte de la taille d’un marché pour évaluer la rentabilité d’une sortie, ce serait plutôt celui du Blu-ray qui serait le plus favorable. A moins de supposer qu’à force de ré-éditer encore et encore le film en Blu-ray sans jamais proposer de nouvelle présentation digne de ce nom, le marché français pour un tel film a été labouré au point de couper l’herbe sous le pied d’un nouveau disque, mais d’une part je n’y crois pas (ce n’est pas comme s’il était routinier chez certains Français de proposer un BR remasterisé avec l’UHD), d’autre part si cela ne se fait qu’au sein d’un combo, ce n’est pas inclure le BR qui est le plus cher (de la même manière qu’inclure un DVD dans un combo DVD/BR). C’est a fortiori d’autant plus surprenant ici que ce n’est pas comme si le BR était sourcé d’une présentation correcte.

    C’est financièrement d’autant plus questionnable que la nouvelle édition ne reprend aucun des bonus de l’édition Montparnasse, qui étaient pourtant le meilleur argument de vente de ce BR à l’époque vu la présentation technique du film…

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.