Top Gun (1986) de Tony Scott – Blu-ray 4K Ultra HD

Top Gun : Take my 4K away

Nous aurions pu tout aussi bien intituler cette chronique « I feel the need, the need for 4K » en référence à l’une des célèbres répliques du film. Mais si le choix s’est porté au final sur ce titre, c’est surtout parce que l’auteur de ces lignes a écouté en boucle dans sa prime adolescence le 45 tours de la chanson Take my breath away interprétée par le groupe Berlin (alors que d’autres préféraient Danger Zone de Kenny Loggins – On a les goûts de chiotte que l’on veut). Dans tous les cas, la sortie du Blu-ray 4K Ultra HD de Top Gun est un petit évènement en soi tant le titre reste une valeur sûre à chaque parution sur un nouveau support home-cinéma.


  • Top Gun (1986) de Tony Scott - Édition Steelbook – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    Taux de change en date du 22 octobre 2021 :
    • 1 Livre Sterling = 1,19 Euro
    • 1 Dollar Américain = 0,86 Euro
    • 1 Yen = 0,01 Euro

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
  • Top Gun - Édition Steelbook
  • Année :
  • 1986
  • Réalisateur :
  • Tony Scott
  • Éditeur :
  • Paramount Home Entertainment
  • Sortie le :
  • 2 décembre 2020 (France)
  • Liens :
  • 1 Oscar
    • Meilleure chanson originale : Giorgio Moroder, Tom Whitlock
    Box-Office
  • Monde :
  • $356,830,601
  • U.S.A. :
  • $179,800,601
  • Budget :
  • $15,000,000
  • France :
  • 3 571 206 entrées
  • Test Blu-ray 4K Ultra Haute Définition
  • Image (4K) :
  • Image :
  • Son :
  • Bonus :

  • À propos des captures :
    • Les captures Blu-ray et Blu-ray 4K Ultra HD ont été effectuées directement à partir des disques en résolution native (1920 x 1080p en Blu-ray et 3840 x 2160p en Blu-ray 4K UltraHD) au format jpg en 192dpi sans compression avant d’être converties en 72dpi et compressées en lossly avec une qualité de 83%.
    • Les captures ont été effectuées avec MPC-BE couplé au video renderer madVR et les réglages suivants pour la 4K HDR : "tone map HDR using pixels shaders", "target peaks nits: 150", "tone mapping curve: BT.2390".
    • Les différences colorimétriques observables entre les captures Blu-ray et Blu-ray 4K UltraHD s’expliquent en partie par l’encodage HDR, encodage qui ne peut être retranscrit ici-même.
    Matériel de test :
    • LG 55C7V OLED calibré en SDR, HDR10 et Dolby Vision par HC Calibrage Cédric Louis.
    • Lecteur Oppo UBD-203 EU.
    • Ampli Denon AVR X4500H.
    • Enceintes BC Acoustique + Caisson Rel Q400E.

    Testé à partir d’une édition française définitive fournie par l’éditeur.

    Les personnes ayant cliqué pour lire cet article ont sans aucun doute déjà vu et revu au moins autant de fois Top Gun que les membres de la rédac de DC. Nous ne leur ferons donc pas l’affront de leur présenter ce film sinon pour rappeler qu’il propulsa la carrière de Tony Scott qui réalisait là son deuxième long-métrage et accessoirement son plus gros succès en salles. S’il s’était déjà fait remarqué en tant que nouveau beau-gosse d’Hollywood dans Risky Business (1983), Tom Cruise vit quant à lui sa carrière littéralement catapultée pour son interprétation de Maverick. Tout dans le film fleure d’ailleurs bon le sea, sex and sun, depuis les grosses cylindrées (moto conduite par Cruise, la petite Porsche conduite par McGillis sans oublier bien sûr les F16) jusqu’aux sourires ultrabright des comédiens en passant par certaines séquences à jamais mythiques : ah, cette scène de beach-volley et ses corps d’albâtres huileux, musclés et bronzés ! Qu’importe le scénario timbre-poste (qui sera d’ailleurs photocopié pour Jours de Tonnerre quatre ans plus tard), Top Gun c’est le film fun estampillé « MTV années 80 » dans sa forme la plus pure et oserait-on dire la plus noble et intemporelle. Un film qui a marqué toute une génération de cinéphiles et qui continue à imprimer durablement la rétine (et les tympans) plus de 30 ans après.

    Paramount ne s’y est d’ailleurs pas trompé et avait plutôt bien prévu le coup avec la sortie de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD pour coïncider avec celle de la suite, Top Gun : Maverick, initialement prévue en 2020 mais dont la sortie dans les salles obscures a finalement été reportée pour cause d’une certaine petite pandémie mondiale. Et histoire de ne pas faire les choses à moitié, Top Gun est même passé par la case « restauration 4K ». De fait, cette nouvelle édition nous propose une image au format 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision à partir d’un scan 4K du négatif original. Petit rappel, le film fut shooté sur pelloche 35mm et même, histoire d’être un peu plus précis, en Super 35, tandis que la précédente édition de référence remontait au Blu-ray collector de 2009. Nous nous sommes bien entendu adonnés à un petit comparatif image entre le master de 2009 et celui en 4K de 2020.

    De haut en bas :

    • Blu-ray – Édition  2009
    • Blu-ray – Édition 2020 (Master 4K)
    • Blu-ray 4K UltraHD – Édition 2020 (Master 4K)

    Premier constat : l’image de 2020 présente une légère différence de cadrage. Et plus précisément un recadrage puisque l’on constate une perte d’image dans les 4 directions (haut, bas, gauche et droite), un peu comme si le nouveau master proposait une image légèrement zoomée par rapport à l’ancien. Rien de bien dommageable mais certains puristes tiqueront sans doute un peu.

    Deuxième constat : pour aussi abouti que pouvait l’être le master de 2009, ce dernier n’était toutefois pas exempt de différents petits défauts de copie. Ces derniers sont désormais de l’histoire ancienne et le toilettage effectuée en 2020 porte ses fruits avec une copie plus propre que jamais et débarrassée à présent de toutes ces vilaines petites scories qui trainaient encore de ci de là.

    Troisième constat : si la granulosité de l’image argentique est toujours bel et bien présente, celle-ci nous a toutefois semblé légèrement en retrait par endroits, comme si certains passages, pour une raison inexplicable, avait subi un petit dégrainage. Un exemple parmi d’autres : la scène du bar où Cruise drague McGillis (19min) et où les visages apparaissent alors un peu trop lisses. Plus généralement, ce sont d’ailleurs l’ensemble des gros plans sur les visages qui sont apparus un peu trop lissés à notre goût.

    Abordons à présent les vraies plus-values de ce nouveau master 4K, à commencer par la précision du rendu qui, cela saute aux yeux dans la scène d’introduction dans l’Océan Indien, laisse apparaître une profondeur de champ plus que généreuse. Un point d’autant plus appréciable lors des nombreux dogfights du film. Quant aux gros plans, ils permettent mieux que jamais d’admirer ces peaux de bellâtres, ces sourires d’une blancheur immaculée et ces regards emplis de passion (aaaah ces yeux de McGillis, que de sommeil jamais trouvé elle a su provoquer). La précision du rendu est telle que l’on arriverait presque à présent à compter le nombre de gouttes de sueur qui perle sur le visage des personnages. Si vous n’aviez jamais constaté à quel point tous les protagonistes transpirent par seaux entiers dans le film, à présent vous saurez !

    Vient enfin le point qui nous a un peu (beaucoup) fait tiquer, à savoir le nouvel étalonnage, avec deux variations très marquées par rapport au master de 2009. Tout d’abord une luminosité plus poussée. Si de prime abord, on serait plutôt ravi de pouvoir admirer la scène de coït très pubarde (soft la scène, on parle tout de même ici d’un film classé PG aux États-Unis !) avec davantage de clarté qu’auparavant (on vous a d’ailleurs mis une petite capture qui va bien dans les galeries en fin d’article), il sera tout de même bien délicat de savoir si, à l’origine, les intentions du réal et de son chef op n’étaient pas précisément de maintenir certaines zones de l’image dans la pénombre, aussi bien pour cette scène en particulier que pour le film dans son ensemble. D’autre part, on s’interroge sur les intentions photographiques originelles en constatant que ce nouvel étalonnage plonge désormais tout le rendu dans un voile jaunâtre. Alors certes, une large majorité du film a été tournée à San Diego, là-même où se trouve la célèbre base de Miramar, région plutôt connue pour son climat très chaleureux (allez y faire un tour en plein mois de janvier pour vous rendre compte combien les hivers y sont tout sauf rudes). Mais de là à nous proposer désormais ce type de rendu où le ciel de Californie apparaît non plus bleu mais jaune et où la bannière étoilée donne l’impression de ne pas avoir été lavée depuis le jour de la déclaration d’indépendance, il y a tout de même deux poids deux mesures. Et puisque Tony Scott n’est plus des nôtres (le cinéaste est décédé en 2012) pour valider ou non le résultat, il sera bien difficile d’apprécier en l’absence d’indications précises sur quelles bases a été réalisé ce nouvel étalonnage.

    Côté son, il sera en revanche nettement plus difficile de faire la fine bouche. Et pour cause, la bande-son de Top Gun est un véritable top démo depuis plusieurs décennies maintenant et sur tous les supports home-cinéma : LaserDisc (format qui  ne parlera pas aux plus jeunes mais que les vieux sages de la rédac ont bien connus dans les 90s), DVD ou encore Blu-ray. Le Blu-ray 4K Ultra HD ne fait pas exception à la règle et nous propose à nouveau un véritable bonheur acoustique durant près de deux heures, entre la B.O. 80s mythique et les séquences aériennes où les avions vont et viennent dans toutes les voies, le tout accompagné la plupart du temps de basses bien pêchues. À ce titre, allez donc faire un petit tour du côté de la séquence dramatique du film où l’avion de Maverick et Goose part en vrille (67min) histoire de vous assurer que toutes vos enceintes répondent bien présents aux effets sonores à 360 degrés. Au milieu de cette débauche d’avions supersoniques et de cette B.O. aux accents Rock FM californiens pur jus, les dialogues conservent pleinement leur intelligibilité. Des louanges qui s’appliqueront toutefois uniquement à la toute nouvelle piste VO Dolby Atmos (l’édition Blu-ray de 2009 proposait la VO au choix en DTS-HD MA 6.1 ou en Dolby TrueHD 5.1) tandis que la VF est restée bloquée en Dolby Digital 5.1 depuis 2009. Il faut remonter à l’édition DVD de 2005 pour y trouver mieux avec une VF DTS 5.1. Une sacrée déconfiture pour les francophones quoiqu’en diront les puristes de la VO.

    Enfin, si l’éditeur s’est fendu de deux nouveaux suppléments qui reviennent sur les 30 ans du film et son héritage, le gros de l’interactivité est repris de la précédente édition Blu-ray, lui-même repris de l’édition DVD. Le genre d’interactivité plus que généreuse comme on en trouve plus de nos jours où l’on retiendra le commentaire audio mais aussi et surtout un making of de 2h30 parmi les meilleurs du genre. Bref, exception faite de nos quelques réserves concernant l’image, si vous êtes à la recherche de l’édition définitive de Top Gun, ce Blu-ray 4K Ultra HD vous fait de l’œil.

    Les plus

    • Un film culte.
    • Une édition 4K qui trouvera sans problème sa place parmi les tops démo du support.
    • Le Blu-ray 1080p propose lui aussi le nouveau master 4K. C’est assez rare pour être signalé.
    • Un boîtier Steelbook, c’est toujours plus classe.
    • Une interactivité de ouf !
    • L’un des meilleurs making of qui soit.

    Les moins

    • La nouvelle colorimétrie et le léger dégrainage nous ont laissé pour le moins perplexe.

    Les autres éditions Blu-ray 4K UHD contenant
    "Top Gun"

  • Top Gun (1986) de Tony Scott – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    Taux de change en date du 22 octobre 2021 :
    • 1 Livre Sterling = 1,19 Euro
    • 1 Dollar Américain = 0,86 Euro
    • 1 Yen = 0,01 Euro

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
  • Top Gun
  • Année :
  • 1986
  • Réalisateur :
  • Tony Scott
  • Éditeur :
  • Paramount Home Entertainment
  • Sortie le :
  • 9 juin 2021 (France)
  • Liens :

  • Top Gun – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

    Résumé : Jeune as du pilotage et tête brûlée d’une école réservée à l’élite de l’aéronavale US (« Top Gun »), Pete Mitchell, dit « Maverick », tombe sous le charme d’une instructrice alors qu’il est en compétition pour le titre du meilleur pilote…

    Disque 1 : Top Gun en Blu-ray 4K Ultra HD

    Spécifications techniques :

    • Image : 2.40:1 encodée en HEVC 2160/24p Dolby Vision
    • Langues : Anglais Dolby Atmos, Français Dolby Digital 5.1
    • Sous-titres : Français, Anglais
    • Durée : 1h 49min 26s

    Bonus (HD et VOSTF) :

    • Commentaire audio de Jerry Bruckheimer (producteur), Tony Scott (réalisateur), Jack Epps Jr. (scénariste) et des experts de la marine
    • L’héritage de Top Gun (5min 39s)
    • A tes six heures – Trente ans de Top (29min 54s)

    Disque 2 : Top Gun en Blu-ray

    Spécifications techniques :

    • Image : 2.40:1 encodée en AVC 1080/24p
    • Langues : Anglais Atmos, Français Dolby Digital 5.1
    • Sous-titres : Français, Anglais
    • Durée : 1h 49min 26s

    Bonus (SD et VOSTF) :

    • Commentaire audio de Jerry Bruckheimer (producteur), Tony Scott (réalisateur), Jack Epps Jr. (scénariste) et des experts de la marine
    • L’héritage de Top Gun (5min 39s, HD)
    • A tes six heures – Trente ans de Top (29min 54s, HD)
    • Zone de danger : Top Gun le making of (147min 44s)
    • Story-boards à angles multiples avec commentaire optionnel de Tony Scott (réalisateur)
      • Vrille à plat (4min 02s)
      • Jester est mort (2min 52s)
    • La crème de la crème : Au coeur de la vraie Top Gun (28min 46s)
    • Vidéoclips
      • Kenny Loggins “Danger Zone” (3min 48s)
      • Berlin “Take my breath away” (4min 13s)
      • Loverboy “Heaven in your eyes” (4min 05s)
      • Harold Faltermeyer et Steve Stevens “Top Gun Anthem” (4min 10s)
    • Matériel promotionnel d’origine
      • Supplément en coulisses (5min 31s)
      • Supplément entraînement de survie (7min 31s)
      • Interviews de Tom Cruise (6min 42s)
      • 7 spots TV (3min 46s, VO)

    Captures Blu-ray – Édition 2009
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

    Captures Blu-ray – Édition 2020 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

    Captures Blu-ray 4K Ultra HD –Édition 2020 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 3840×2160

    2 réflexions sur « Top Gun : Take my 4K away »

    1. C’est au moins le troisième UHD de Paramount à la colorimétrie discutable après « Grease « (Ah ces magnifiques couleurs pastels absolument pas d’origine…) et « Le flic de Beverly Hills »( Ah ces toutes nouvelles teintes chaudes qui dénaturent totalement le splendide travail du grand Bruce Surtees…). Très franchement, j’en suis à me demander si je ne vais pas revenir au visionnage des blu-ray précédemment sortis qui eux, respectaient le travail des directeurs photo. Il y a un étalonneur révisionniste chez Paramount. Peut-être un étalonneur trop jeune pour avoir vu ces films en salles à l’époque, mais le fait est là, nous n’avons pas les versions ultimes de ces films et c’est pour moi carrément rageant. Une belle occasion ratée.

      Lâchez-vous !

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *