Snatch (2000) de Guy Ritchie - Blu-ray 4K Ultra HD

Snatch : Un 4K qui a du chien

Si quasiment tous les films réalisés par Guy Ritchie au cours des dix dernières années ont déjà fait l’objet d’une édition UHD, ses premiers (hauts) faits d’armes faisaient encore défaut sur le support. Un tort aujourd’hui en partie réparée avec la sortie de Snatch dans une édition Blu-ray 4K Ultra HD qui ne manque pas de mordant.


  • Snatch (2000) de Guy Ritchie – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    Taux de change en date du 22 octobre 2021 :
    • 1 Livre Sterling = 1,19 Euro
    • 1 Dollar Américain = 0,86 Euro
    • 1 Yen = 0,01 Euro

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
  • Snatch
  • Année :
  • 2000
  • Réalisateur :
  • Guy Ritchie
  • Éditeur :
  • Sony Pictures Home Entertainment
  • Sortie le :
  • 7 juillet 2021 (France)
  • Liens :
  • Box-Office
  • Monde :
  • $83,557,872
  • U.S.A. :
  • $30,328,156
  • Budget :
  • n/a
  • France :
  • 578 701 entrées
  • Test Blu-ray 4K Ultra Haute Définition
  • Image (4K) :
  • Image :
  • Son :
  • Bonus :

  • À propos des captures :
    • Les captures Blu-ray et Blu-ray 4K Ultra HD ont été effectuées directement à partir des disques en résolution native (1920 x 1080p en Blu-ray et 3840 x 2160p en Blu-ray 4K UltraHD) au format jpg en 192dpi sans compression avant d’être converties en 72dpi et compressées en lossly avec une qualité de 83%.
    • Les captures ont été effectuées avec MPC-BE couplé au video renderer madVR et les réglages suivants pour la 4K HDR : "tone map HDR using pixels shaders", "target peaks nits: 150", "tone mapping curve: BT.2390".
    • Les différences colorimétriques observables entre les captures Blu-ray et Blu-ray 4K UltraHD s’expliquent en partie par l’encodage HDR, encodage qui ne peut être retranscrit ici-même.
    Matériel de test :
    • LG 55C7V OLED calibré en SDR, HDR10 et Dolby Vision par HC Calibrage Cédric Louis.
    • Lecteur Oppo UBD-203 EU.
    • Ampli Denon AVR X4500H.
    • Enceintes BC Acoustique + Caisson Rel Q400E.

    Testé à partir d’un checkdisc 4K fourni par l’éditeur.

    Avant de partir complètement À la dérive en 2002 (5 Razzie Awards raflés sur un total de 7 nominations) en filmant Madonna, sa compagne à la ville de l’époque, Guy Ritchie s’était fendu de deux long-métrages qui avaient fait leur petit effet : Arnaques, crimes et botanique (1998) et Snatch (2000), également connu dans l’Hexagone sous son titre complet de Snatch : Tu braques ou tu raques. Un titre qui résume assez bien une partie de la filmographie du bonhomme et à fortiori ses deux premiers longs où des petites frappes locales espèrent chacune de leur côté toucher le jackpot. Dans le cas de Snatch, le précieux sésame prend la forme d’un énorme diamant sur lequel différents groupes de bras cassés vont tenter de mettre la main. Un film choral qui laisse tout loisir à Guy Ritchie de ratisser large dans le melting-pot londonien : feujs, russkofs, gypsies, blacks. Soit autant de trognes, pour certains acteurs récurrents chez Ritchie (Jason Statham déjà 5 films ensemble à date), embarqués dans des séquences où bons mots, situations saignantes totalement décalées pour ne pas dire loufoques et mise en scène clinquante se combinent à merveille pour aboutir à un film qui, 20 piges plus tard, se laisse toujours regarder avec un certain plaisir.

    De haut en bas :

    • Blu-ray – Édition  2009
    • Blu-ray 4K UltraHD – Édition 2021 (Master 4K)

    Afin de profiter au mieux du spectacle, et plus particulièrement des dialogues, on ne saurait d’ailleurs que trop vous conseiller d’opter pour la piste anglaise et ses accents so british, proposée aux côtés de la piste américaine. Soit une nouveauté au sein de cette édition Blu-ray 4K Ultra HD de Snatch (on y revient juste après) où la différence la plus notable sera toutefois à chercher du côté de l’image. En effet, Sony nous propose une image au format 1.85:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10 à partir d’un nouveau scan 4K du négatif original. Sans être renversante, la différence avec la précédente image datant de l’édition Blu-ray parue en 2009 n’en demeure pas moins très appréciable. Les aspects que l’on retiendra immédiatement concernent :

    • Un master offrant un petit surplus d’image dans les quatre directions.
    • Un niveau de précision plus pointue, nouveau master 4K et encodage HEVC obligent.
    • Un rendu des couleurs rehaussé.

    Alors certes, le précédent master utilisé en 2009 tient encore plutôt bien la route mais force est de constater que ce nouveau master 4K 2021 se hisse un cran au-dessus. Le fait que le gap ne soit pas aussi « renversant » qu’escompté tient en deux points bien spécifiques. D’une part, pour aussi appréciable que soit le renforcement de la colorimétrie, bien aidée par l’encodage HDR10, la photographie de Snatch n’a clairement pas été conçue comme un festival de couleurs. Les teintes sont plutôt « sobres », essentiellement verdâtres, terreuses ou encore jaunâtres et en adéquation avec cet univers un peu « craspec » voulu ici pour représenter la pègre londonienne. D’autre part, la mise en scène très « tape-à-l’œil » de Guy Ritchie (split screen, ralentis, transitions plus ou moins élaborées d’un plan à l’autre) à commencer par  le combat de boxe final au montage quasi hystérique, ne fait pas toujours bon ménage avec ce que certains seraient en droit d’attendre d’un rendu 4K en bonne et due forme. Un constat toutefois nullement imputable à ce nouveau master 4K mais bel et bien à la captation originelle qui, pour rappel, s’est faite en 35mm.

    Côté son, Sony s’est fendu de toutes nouvelles pistes VO Dolby Atmos. La singularité de la galette 4K tient en la présence non pas d’une mais de deux pistes VO : une en anglais et l’autre en américain (chacune étant proposée à la fois en Dolby Atmos et en DTS-HD Master Audio 5.1). Pour avoir basculé rapidement de l’une à l’autre, nos esgourdes n’ont pas décelé de différences hyper flagrantes. Nous laisserons donc le soin aux fins connaisseurs des subtilités de la langue anglaise de relever de telles distinctions. En ce qui nous concerne, nous avons revu le film en enclenchant la nouvelle piste anglaise Dolby Atmos. La BO très relevée et les effets visuels de montage qui s’accompagnent systématiquement d’effets sonores multicanaux sont les deux entités acoustiques qui tirent leur épingle du jeu. Bien que très « frimeur », le résultat n’en produit pas moins l’effet escompté en parfaite adéquation avec la mise en scène. À noter que la VF est proposée uniquement en Dolby Digital 5.1 sur la galette 4K. Il faudra se tourner vers le Blu-ray 1080p pour la trouver en DTS-HD Master Audio 5.1. Un disque 1080p auquel nous n’avons pas eu accès pour ce test (le service de presse nous ayant transmis uniquement la galette 4K) mais connaissant les (mauvaises) habitudes de l’éditeur en la matière, il ne fait aucun doute que le disque en question est stricto sensu identique à celui de l’édition Blu-ray de 2009.

    Côté bonus, le disque 4K est totalement vierge et il faudra donc se tourner vers le disque Blu-ray 1080p pour retrouver les différents suppléments où l’on recommandera avant tout le commentaire en compagnie du réalisateur Guy Ritchie et du producteur, un certain Matthew Vaughn passé depuis avec succès à la mise en scène (Kick Ass, X-Men : Le commencement, Kingsman 1 et 2).

    Les plus

    • Mine de rien, c’est tout de même l’un des meilleurs films de Guy Ritchie.
    • Un nouveau master 4K qui fait le job.
    • Une nouvelle piste Dolby Atmos qui fait le job aussi.

    Les moins

    • Le même disque Blu-ray 1080p qu’en 2009.

    Les autres éditions Blu-ray 4K UHD contenant
    "Snatch - Tu braques ou tu raques"

  • Snatch (2000) de Guy Ritchie - Steelbook Exclusivité Fnac – Packshot Blu-ray 4K Ultra HD
  • Commerçant
  • Prix
  • Évol.
  • Stock
  • Achat
  • Commerçant
  • Prix
  • Évol.
  • Stock
  • Achat
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    Taux de change en date du 22 octobre 2021 :
    • 1 Livre Sterling = 1,19 Euro
    • 1 Dollar Américain = 0,86 Euro
    • 1 Yen = 0,01 Euro

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
  • Snatch - Steelbook Exclusivité Fnac
  • Année :
  • 2000
  • Réalisateur :
  • Guy Ritchie
  • Éditeur :
  • Sony Pictures Home Entertainment
  • Sortie le :
  • 7 juillet 2021 (France)
  • Liens :

  • Snatch – Édition Blu-ray 4K Ultra HD

    Résumé : Franky vient de voler un énorme diamant qu’il doit livrer à Avi, un mafieux new‐yorkais. En chemin, il fait escale à Londres où il se laisse convaincre par Boris de parier sur un combat de boxe clandestin. Il ignore, bien sûr, qu’il s’agit d’un coup monté avec Vinny et Sol, afin de le délester de son magnifique caillou. Turkish et Tommy, eux, ont un problème avec leur boxeur, un gitan complètement fêlé qui refuse de se coucher au quatrième round comme prévu. C’est au tour d’Avi de débarquer, bien décidé à récupérer son bien, avec l’aide de Tony, une légende de la gâchette.

    Disque 1 : Snatch en Blu-ray 4K Ultra HD

    Spécifications techniques :

    • Image : 1.85:1 encodée en HEVC 2160/24p HDR10
    • Langues : Anglais Dolby Atmos & DTS-HD Master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1
    • Sous-titres : Français, Anglais
    • Durée : 1h 42min 43s

    Bonus :

    • Aucun

    Disque 2 : Snatch en Blu-ray

    Spécifications techniques :

    • Image : 1.85:1 encodée en AVC 1080/24p
    • Langues : Anglais & Français DTS-HD Master Audio 5.1
    • Sous-titres : Français, Anglais
    • Durée : 1h 42min 46s

    Bonus (SD et VOSTF) :

    • Commentaire audio de Guy Ritchie (scénariste / réalisateur) et Matthew Vaughn (producteur)
    • Scènes supplémentaires avec commentaire optionnel (1min 28s, 1min 47s, 1min 54s, 2min 14s, 55s, 38s,
    • La salle de découpe de Snatch
    • La réalisation de Snatch (24min 42s)
    • Comparaison Film / Storyboard (1min 12s, 1min 12s, 11s, 10s, 5min 29s, 5min 30s)
    • Galerie vidéo (5min 16s)
    • Bandes-annonces

    Captures Blu-ray – Édition 2009
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 1920×1080

    Captures Blu-ray 4K Ultra HD –Édition 2021 (Master 4K)
    Cliquez pour les visualiser au format HD natif 3840×2160

    Une réflexion sur « Snatch : Un 4K qui a du chien »

    1. La seule différence entre la VO anglaise et la VO US concerne les passages en voix-off de Jason Tatane, adoucie dans l’accent pour ces amis ricains… Bref, ça ne sert à rien, vive le cockney !
      Et vivement Lock Stock en 4K !

      Lâchez-vous !

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *