Image une - Prezz Cannes 2021

Cannes 2021 : La sélection officielle et Un certain regard

Après une année blanche qui a vu fleurir de petits macarons « Cannes 2020 » sur des films qui n’ont pu sortir en salle, la faute au Covid et au confinement, le festival est de retour en présentiel – ce nouveau mot synonyme d’espoir pour les cinéphiles. D’abord prévu en mai, puis en juillet avec un doute sur octobre, Cannes 2021 aura donc lieu en plein pendant la pause estivale, du 6 au 17 juillet, au moment où la ville et toute la côte d’azur sont prises d’assaut par les touristes et la chaleur.

Affiche Cannnes 2021

Cette 74eme édition promet déjà d’être particulière avec moins de monde présent, quelques salles supplémentaires, des jauges – a priori – à 100% mais une ambiance qui ne sera pas à son maximum pour les plus fêtards. Difficile d’imaginer la privatisation des plages en juillet ou les fêtes nocturnes au temps du Covid bien qu’un pass sanitaire ou un test PCR à renouveler toutes les 48h sera obligatoire pour accéder aux séances. Pire encore pour les journalistes, quid de la possibilité de s’abreuver gratuitement au stand Nespresso afin de rester éveillé après avoir survécu à 40 films en moins de 10 jours ? Impossible à dire pour le moment.

À défaut de stars, même si certaines feront le déplacement, les films seront là et c’est finalement bien là l’essentiel. Entre les pronostics habituels issus de multiples sources si fiables qu’elles finissent par se tromper, des œuvres-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom qui ont refusé le label 2020 pour se représenter et ce que Cannes a dévoilé avant la conférence de presse, on savait que Léos Carax (Annette), Paul Verhoeven (Benedetta), Nanni Moretti (Tre piani) et Wes Anderson (The French dispatch) seraient de la partie, le premier avec une comédie musicale qui ouvrira le bal. Peu de surprises pour ces habitués du tapis rouge. Pour les autres, la seule certitude était qu’ils se battraient un peu moins que prévu pour accéder au Palais puisque Thierry Frémaux avait annoncé avant-hier la création d’une nouvelle section, donc encore plus de films programmés. Cette année le total se porte à 61 films dont 24 en compétition et 18 pour Un certain regard, si ce n’est pas un record Cannes 2021 n’en est pas loin.Ceci étant dit, selon Frémaux, le chiffre peut encore bouger à la hausse…

Cannes 2021 - Annette

Alors que retenir de cette nouvelle sélection ? Déjà qu’elle manque, pour l’instant, de courts métrages. D’habitude révélée deux jours avant, la liste des films courts est toujours aux abonnées absentes ce matin et c’est bien dommage car ça aurait peut-être été la seule à contenir un peu d’animation. Les trois films qu’on attendait le plus, La Traversée de Florence Miailhe, Belle de Mamoru Hosoda et Le Journal d’Anne Frank d’Ari Folman, ne figurent nulle part pour le moment. Si Cannes veut être représentatif de la multiplicité du cinéma, tout porte à croire que le festival pense encore que l’animation n’en est pas…

La compétition de ce Cannes 2021 semble belle mais peu risquée, une vitrine pour afficionados d’auteurs déjà confirmés comme Joachim Trier, Asghar Farhadi, Kirill Serebrennikov ou Apichatpong Weerasethakul. Plus encore que d’habitude, Frémaux continue à suivre des cinéastes qu’il apprécie sans aller vers de la nouveauté, les seuls à n’avoir jamais figuré dans la sélection officielle n’étant pas des inconnus. Sean Baker a gagné Sundance et était à la Quinzaine des réalisateurs pour ses précédents métrages. Mia Hansen-Love et Nadav Lapid ont déjà remporté l’ours d’or à Berlin et Grave de Julia Ducournau fût l’événement horrifique de Semaine de la critique en 2016. Tous les autres ont eu au moins un film présent à Cannes à un moment de leur carrière, même les moins connus comme Juho Kuosmanen, vainqueur d’Un certain regard avec Olli Mäki.

Cannes 2021 - The French dispatch

Trois éléments surprennent néanmoins. Déjà, l’importante délégation française avec 7 films sur 24 et le défilé sur la croisette de Bruno Dumont, Jacques Audiard, Catherine Corsini, Leos Carax, François Ozon ainsi que des deux précitées Mia Hansen-Love et Julia Ducournau. Ceci sans compter la Belgique francophone avec Joachim Lafosse, la présence de Virginie Effira tête d’affiche de Benedetta et les multiples seconds rôles français de The French dispatch. Ensuite, si l’Océanie sera représentée par Justin Kurzel, l’Afrique aura deux réalisateurs en lice (Mahamat Saleh-Haroun et Nabil Ayouch), l’Amérique du Nord trois et l’Asie quatre, le reste revenant à l’Europe et la Russie. On s’étonne surtout de l’absence de l’Amérique latine, habituellement présente avec des œuvres fortes. Enfin, Frémaux martèle à longueur de temps son combat pour la parité et si elle est quasi respectée pour Un certain regard avec 9 femmes pour 19 cinéastes, la compétition ne compte que 4 réalisatrices, françaises à l’exception de la hongroise Ildiko Enyedi, ce qui est peu.

Peut-être le sélectionneur cherche-t-il à jouer la carte du renouvellement générationnel pour Cannes 2021. Effectivement, Un certain regard parait plus jeune, diversifié et surtout novateur par rapport à la compétition. Un retour aux sources pour cette sélection car avec six premiers films et peu d’auteurs reconnus, elle donne moins l’impression que précédemment d’être une succursale pour cinéastes refoulés aux portes de la compétition. C’est par contre le cas de la nouvelle section Cannes première qui réunit rien moins que Mathieu Amalric, Arnaud Desplechin, Kornel Mundruczo, Andrea Arnold, Charlotte Gainsbourg, Oliver Stone ou Hong Sang Soo.

Cannes 2021 - Les Petrov

Un certain regard s’affirme donc comme le lieu des véritables découvertes du festival de Cannes avec des films probablement plus fragiles, différents et donc d’autant plus importants. Cette sélection permettra de s’assurer de la toujours actuelle et belle vitalité du cinéma. Un seul film français sera proposé, celui d’Hafsia Herzi pour une plongée dans les quartiers nord de Marseille. Les autres semblent issus d’univers multiples et propices aux expérimentations. Entre un cinéaste chinois formé par Michael Haneke (C.B Yi), un mouton venu d’Islande (6 ans après Béliers), la présence du fils d’Alexey German et des films venus d’Haïti, du Bangladesh, de Norvège ou de Turquie les spectateurs en quête de cinématographies moins représentées devraient pouvoir être rassasiés.

Parmi les séances spéciales, et le hors compétition de cette édition du festival de Cannes 2021, on retiendra surtout la présence américaine de Todd Haynes, qui revient à ses premières amours, avec un documentaire sur le Velvet underground. Mais également un film d’archives de Sergei Loznitza, cinéaste habitué des lieux et le retour de Karim Aïnouz, cinéaste brésilien qui revient ici sur ses origines algériennes.

Cannes 2021 - LambLamb de Yared Zeleke

EDIT du 10/06 : Viennent d’être rajoutés au programme du festival – qui n’était pas encore assez rempli, semble t-il – neuf nouveaux films. Where is Anne Frank ? d’Ari Folman Hors Compétition (enfin un long animé parmi la centaine d’œuvres présentées toutes sections confondues), la dernière fanfaronnade de Gaspard Noé à Cannes Première et Mes frères et moi de Yohan Manca à Un certain regard. Deux séances de minuit complètent celle déjà existante : Tralala des frères Larieu et Suprêmes d’Audrey Estrougo. Seront également proposées quatre séances spéciales avec un documentaire d’Andrew Muscato autour de Bill Murray et trois premiers films. Aux côtés de Noémie Merlant et Maxime Roy qui rallongent leurs propres courts à tendance socialo-larmoyante et totalement dispensables, on découvrira un métrage chinois de Wen Shipei dont le titre laisse rêveur : Are you lonesome tonight ?

La liste complète des films du festival de Cannes 2021 ci-dessous :

En compétition officielle :

  • Annette – Leos CARAX (France)
  • A Feleségem története (L’Histoire de ma femme) – Ildikó ENYEDI (Hongrie)
  • Benedetta – Paul VERHOEVEN (Pays-Bas)
  • Bergman Island – Mia HANSEN-LOVE (France)
  • Drive my Car – Ryusuke HAMAGUCHI (Japon)
  • Flag Day – Sean PENN (États-Unis)
  • Ha’Berech (Le Genou d’Ahed) – Nadav LAPID (Israël)
  • Haut et fort – Nabil AYOUCH (Maroc)
  • Hytti nro 6 (Compartment n°6) – Juho KUOSMANEN (Finlande)
  • Julie (en 12 chapitres) (Verdens verste menneske) – Joachim TRIER (Norvège)
  • La Fracture – Catherine CORSINI (France)
  • Les Intranquilles – Joachim LAFOSSE (Belgique)
  • Les Olympiades – Jacques AUDIARD (France)
  • Lingui – Mahamat-Saleh HAROUN (Tchad)
  • Memoria – Apichatpong WEERASETHAKUL (Thaïlande)
  • Nitram – Justin KURZEL (Australie)
  • France – Bruno DUMONT (France)
  • Petrov’s Flu (Les Petrov, la grippe, etc.) – Kirill SEREBRENNIKOV (Russie)
  • Red Rocket – Sean BAKER (États-Unis)
  • The French Dispatch – Wes ANDERSON (États-Unis)
  • Titane – Julia DUCOURNAU (France)
  • Tre Piani (La Nostra strada) – Nanni MORETTI (Italie)
  • Tout s’est bien passé – François OZON (France)
  • A Hero (Un héros) – Asghar FARHADI (Iran)

Cannes 2021 - Benedetta

Un Certain Regard

  • Moneyboys – C.B Yi (Autriche)
  • Blue Bayou – Justin CHON (États-Unis)
  • Freda – Gessica GÉNÉUS (Haïti)
  • Delo – Alexey GERMAN JR. (Russie)
  • Bonne mère – Hafsia HERZI (France)
  • Noche de fuego – Tatiana HUEZO (Mexique)
  • Lamb – Valdimar JÓHANSSON (Islande)
  • Commitment Hasan – Hasan Semih KAPLANOGLU (Turquie)
  • After Yang – Kogonada (États-Unis)
  • Et il y eut un matin – Eran KOLIRIN (Israël)
  • Les Poings desserrés (Unclenching The Fists) – Kira KOVALENKO (Russie)
  • Women Do Cry – Mina MILEVA & Vesela KAZAKOVA (Bulgarie)
  • Rehana Maryam Noor – Abdullah Mohammad SAAD (Bangladesh)
  • Great Freedom – Sebastian MEISE (Autriche)
  • La Civil – Teodora Ana MIHAI (Roumanie / Belgique)
  • Gaey Wa’r – NA Jiazuo (Chine)
  • The Innocents – Eskil VOGT (Norvège)
  • Un monde – Laura WANDEL (Belgique)
  • Mes frères et moi – Yohan MANCA (France)

Cannes 2021 - Bonne mère

Hors Compétition

  • De son vivant – Emmanuelle BERCOT (France)
  • Emergency Declaration – HAN Jae-Rim (Corée)
  • The Velvet Underground – Todd HAYNES (États-Unis)
  • Bac Nord – Cédric JIMENEZ (France)
  • Aline – Valérie LEMERCIER (France)
  • Stillwater – Tom MCCARTHY (États-Unis)
  • Where is Anne Frank ? – Ari FOLMAN (Israël)

Séances de minuit

  • Oranges sanguines – Jean-Christophe MEURISSE (France)
  • Tralala – Arnaud et Jean-Marie LARIEU (France)
  • Suprêmes – Audrey ESTROUGO (France)

Cannes 2021 - Evolution

Cannes Premières

  • Serre Moi Fort – Mathieu AMALRIC (France)
  • Cow – Andrea ARNOLD (Royaume-Uni)
  • Cette musique ne joue pour personne – Samuel BENCHETRIT (France)
  • Tromperie – Arnaud DESPLECHIN (France)
  • Jane par Charlotte – Charlotte GAINSBOURG (France)
  • In Front of your Face – HONG Sang-Soo (Corée)
  • Mothering Sunday – Eva HUSSON (France)
  • Evolution – Kornél MUNDRUCZO (Hongrie)
  • Val – Ting POO & Leo SCOTT (États-Unis)
  • JFK Revisited : Through The Looking Glass – Oliver STONE (États-Unis)
  • Vortex – Gaspard NOE (France)

Séances Spéciales

  • O marinheiro das montanhas (Le Marin des Montagnes) – Karim AÏNOUZ (Brésil)
  • Cahiers noirs – Shlomi ELKABETZ (Israël)
  • Babi Yar. Contexte – Sergei LOZNITSA (Ukraine)
  • H6 – Yé Yé (France)
  • The Year Of The Everlasting Storm – Jafar PANAHI (Iran), Anthony CHEN (Singapour), Malik VITTHAL (États-Unis), Laura POITRAS (États-Unis), Dominga SOTOMAYOR (Chili), David LOWERY (États-Unis), et Apichatpong WEERASETHAKUL (Thaïlande)
  • New worlds, the cradle of a civilization – Andrew MUSCATO (Grèce – Etats-Unis)
  • Mi iubita, mon amour – Noémie MERLANT (France)
  • Les Héroïques – Maxime ROY (France)
  • Are you lonesome tonight ? – Wen SHIPEI (Chine)

Cannes 2021 - Velvet underground

Il ne reste maintenant plus qu’à attendre Cannes classique, les courts métrages, ainsi que les sélections des sections parallèles : La Semaine de la critique, l’ACID et la Quinzaine des réalisateurs. L’ensemble devrait être connu la semaine prochaine.

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.