NBA 2K22 – Édition 75ème anniversaire - PlayStation 5

NBA 2K22 – PlayStation 5

Alors que la crise sanitaire poursuit son petit bonhomme de chemin disruptif, l’actualité vidéoludique déroule imperturbable son calendrier qui l’emmènera jusqu’aux incontournables fêtes de fin d’année. Et comme on ne change pas une recette qui gagne, les nouvelles itérations de simulations sportives et militaires sont au rendez-vous. À commencer par le mastodonte NBA 2K22, disponible depuis le 10 septembre 2021 qui a la tâche d’élever le niveau du très convaincant précédent opus qui avait pourtant laissé les habitués de la franchise sur leur faim et ce même si le passage aux consoles dites « next-gen » fut très réussi. Chopez votre hoodie ou votre jersey, votre short ou pantalon de jogging, chaussez vos baskets, attrapez votre ballon sans oublier votre porte-monnaie, on repart donc sur les parquets. Voire un peu plus loin…

NBA 2K22 – Édition 75ème anniversaire - PlayStation 5NBA 2K22 débarque juste avant le début de la 75ème saison du championnat NBA et pour l’occasion, l’édition collector du jeu y fait mention avec de jolies couvertures peintes par l’artiste Charly Palmer à l’effigie des joueurs Luka Dončić, Kevin Durant, Dirk Nowitzki et Kareem Abdul-Jabaar. Une édition supplémentaire est également disponible à l’occasion du 25ème anniversaire de la WNBA avec en couverture Candace Parker ; une première dans l’histoire du jeu qu’on ne pouvait que saluer. Et le jeu lui-même alors ? On y arrive et force est de constater qu’en fonction de votre console, l’expérience sera différente sur plusieurs aspects.

Dès la présentation des menus, les versions dites « current-gen » (PlayStation 4, Xbox One) sont sobres en 2D, un poil triste mais sans fioritures tandis que les versions « next-gen » (PlayStation 5, Xbox Series X/S) sont quant à elles dynamiques à souhait avec, en sus, un chargement quasi inexistant. Si on prend ce qu’on pourrait appeler la « vitrine » du jeu, les modes Partie rapide, WNBA ou NBA actu (qui permet de jouer à un des vrais matchs NBA du jour) vont vous en mettre plein la vue et servent d’ailleurs les nombreuses campagnes publicitaires du jeu avec leurs cinématiques léchées. Ajouter à cela une bande-son immersive à souhait à la fois en train de regarder le match à la télévision américaine ou dans l’enceinte même du stadium et c’est comme si vous y étiez. Jusque-là rien de bien nouveau mais cette année, les développeurs ont poussé plus loin le réalisme sonore en prenant les annonceurs / chauffeurs de salles de chaque équipe afin de délivrer une expérience différente à chaque match. La différence entre les anciennes versions de consoles et les nouvelles se ressent d’emblée par les temps de chargements trois à quatre fois plus réduits, des graphismes et un frame rate poussés à fond le tout en HDR10 de toute beauté. Si en plus le jeu s’adapte en fonction de la période à laquelle vous y jouez (Halloween, Thanksgiving, Noël, Jour de l’an etc.), l’immersion est totale. C’est le genre de petits détails qui font la différence et signent la marque de fabrique des NBA 2K, à savoir pousser l’expérience toujours plus loin.

Concrètement dans ces parties rapides, le gameplay de NBA 2K22 est plus agréable que l’an passé. La fameuse jauge de tirs tant décriée (mais résolue depuis) a été remplacée par une nouvelle bien plus intuitive. Mais ce serait trop simple de maitriser cet aspect sans prendre en compte le marquage adverse et la fatigue du joueur. Cette dernière étant représentée par une jauge plus courte sur le sol, elle a donc pour but d’indiquer au fur et à mesure du match l’état de fatigue du joueur ce qui impactera sur la précision des tirs en suspension. Un joueur fatigué verra donc ses tirs trop courts et vous placera donc dans l’obligation de mieux construire votre attaque au panier. Beaucoup moins arcade qu’à l’accoutumée, le gameplay de ce cru 2022 est également moins rapide mais n’empêche pas pour autant de jouer des contres efficaces. Fini donc les shots à trois points infinis du début à la fin du match.

NBA 2K22 débute donc sur de bonnes bases et se poursuite chez les dames notamment sur la version « next-gen » avec The W, le pendant féminin du mode Ma Carrière où l’on crée une joueuse de basket selon nos desiderata au niveau de l’apparence et à qui on attribue des aptitudes aussi bien en attaque qu’en défense et avec qui on va partir sur une saison ou plus. Si notre joueuse débute avec une note générale de 75, on améliora les compétences à la fois en jouant sur les terrains mais également en dehors sur des caractéristiques « lifestyle » tels que l’influenceuse, la femme d’affaire, la coach, l’icône mondiale sportive ou de mode. Cette année, les entrainements sont jouables et rapportent des insignes tandis que les matchs rapportent 500 VC (la monnaie virtuelle du jeu) qui sont utilisables sur les autres modes phares du jeu : Ma Carrière et My Team.

Premier mode mis en avant dans les menus de NBA 2K22, Ma Carrière a été revu et propose un autre jeu à la durée de vie interminable qui va utiliser aussi bien l’online que l’offline. Malheureusement, compte-tenu de la densité de ce mode, le jeu souffre de nombreux ralentissements lorsqu’on évolue dans la Ville. La particularité de ce mode comme l’an passé, c’est de voir l’évolution de votre joueur, créé de toutes pièces, dans une ville façon GTA en moins grand mais tout de même conséquent. À pied ou en skate, vous vous déplacerez sur les différents playgrounds urbains pour de nombreux défis afin de rapporter des insignes de compétences ou des VC. Idem à la salle de sport, dans les boutiques de vêtements ou d’assurances (hello State Farm), le tout dans une aire très vivante car peuplée d’autres joueurs en ligne et d’autres « résidents » virtuels, les PNJ, qui vaquent à leurs occupations. Épaulé par un ami colocataire nommé Ricky, vous aurez le choix de faire la Draft NBA soit en y allant directement soit en passant par l’université, la Draft Combine ou la G League histoire de vous faire remarquer plus ou moins rapidement afin d’améliorer vos stats avant la Draft principale qui occasionnera alors un bon début de salaire.

Eh oui sans cela, les VC seront moins sonnants et trébuchants mais il reste encore de nombreux moyens d’en glaner gratuitement via les matches des différents modes du jeu, les quizz 2KTV, les reventes d’insignes ou de cartes du mode My Team. Mais cela reste peu face aux packs qu’on achète avec de la véritable monnaie. Comptez 60 euros pour un peu plus de 250 000 VC soit ce qu’il vous faut pour atteindre une note générale de 85 et dire que vos vêtements, chaussures et autres accessoires se monnayent également mais une fois cette note obtenue, les VC ne pourront plus rien pour vous car seuls les matches et les entraînements seront votre salut dans la progression de votre joueur. Un petit « équilibre » remarquable cette année.

Outre cet aspect brouzouf récurrent, le mode Ma Carrière de NBA 2K22 est réjouissant par sa diversité d’activités et son cadre bien défini malgré la liberté ressentie dans la Ville. D’autant plus que la partie fiction dite Prélude dans les éditions précédentes, n’est plus qu’un lointain souvenir remplacée ici par quelques cinématiques. Un peu plus limitée (notamment sur les différentes aptitudes du personnage à créer), la version de ce mode en « current-gen » (valable également sur PC et Nintendo Switch) n’est pas en reste car elle vous fera carrément partir en mer sur le Cancha Del Mar où les différents ponts du bateau de croisière vont jouer le rôle de hub entre les modes online et offline avec des défis similaires à ceux qu’on trouve dans la Ville en « next-gen ». Le Quartier a une durée de vie illimitée, d’autant plus qu’au cours de la saison des escales seront prévues pour de nouveaux défis / bonus avec d’autres environnements. Attention à faire de la place sur vos disques durs car les mises à jour ne seront pas chiches en giga-octets.

Last but not least, le mode My Team de NBA 2K22 vaut encore et toujours le détour tant il est addictif pour les amateurs de défis en tous genres hebdomadaires ou pas et pour constituer votre équipe de rêve pour atteindre les sommets. Aspect unique dans le jeu, c’est le seul mode où les versions « current-gen et next-gen » sont interconnectées puisque vous retrouverez votre collection de cartes où que vous jouerez. La nouveauté cette année c’est le retour de la Draft, soit un tirage au sort de douze joueurs et d’un coach avec lesquels vous jouez en ligne contre d’autres équipes, un maximum de matches et si vous échouez trois fois, le défi s’arrêtera. L’accès à la Draft nécessite un ticket d’entrée qui coûte des jetons VC mais vous en avez trois dès le début du jeu.

Les derniers modes My League et Mon GM sur « current-gen » sont logés sous le nom My NBA sur « next-gen » et vous permettent de créer et de gérer une franchise complètement fictive ou non. Mon GM permet de recruter en tant que président (general manager) tout le staff technique de la franchise (toubib inclus) avec un coach qui a désormais des insignes d’aptitudes comme les joueurs. Le centre de préparation inédit cette année vous permettra d’envoyer vos consignes au collectif ou à des joueurs spécifiques. Bien entendu, il y a des défis online et offline qui donnent une durée de vie à n’en plus finir si on aime jouer les managers.

Mi simulation de basket mi-RPG, NBA 2K22 revient en force avec un gameplay plus travaillé vers la simulation que l’arcade. Les modes Ma Carrière et My Team ont été revus, surtout le premier pour offrir une expérience inédite et ultra riche. Seul bémol, les serveurs pour les matches en ligne patinent encore et permettent des matchmaking entre joueurs de différents niveaux ce qui peut être désavantageux lorsque vous débutez. Malgré les restrictions graphiques et optionnels dans les jeux, les versions « current-gen » tirent leur épingle du jeu alors que les possesseurs de consoles « next-gen » pourront profiter de toute la quintessence de ce nouveau cru brillant mais pas encore étincelant.

  • Testé sur PlayStation 5 (version 1.009.000) et PlayStation 4 (version 1.06) à partir de versions téléchargées
  • Taille occupée : 128Go (PlayStation 5) / 106Go (PlayStation 4)
  • Sortie le 10 septembre 2021
  • Trailer de lancement

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.