Battlefield 2042 – PlayStation 5

Battlefield 2042 – PlayStation 5

Contrairement à son grand rival, Call of Duty pour ne pas le nommer, qui tel un stakhanoviste du FPS sort un nouvel opus chaque année, Battlefield n’avait plus fait parler de lui depuis 2018. Une bien longue attente pour les adeptes de la série de DICE qui prend fin en 2021 avec la sortie de Battlefield 2042 pour un épisode qui voit les choses en grand. Trop grand peut-être pour son propre bien. Explications…

Battlefield 2042 – PlayStation 5La série Battlefield qui vit le jour en 2002 avec Battlefield 1942 qui se déroulait en… 1942, a pris pour habitude de faire le yoyo entre différentes époques : passée, présent et futur plus ou moins proche. En 2006, Battlefield 2142 nous entrainait ainsi en… 2142 (facile aussi celui-là, attention, ça va se corser un peu) tandis que l’antépénultième et l’avant-dernier épisode, Battlefield 1 et Battlefield V sortis respectivement en 2016 et 2018, nous renvoyaient dans les tranchées des deux grands conflits du 20ème siècle : la Première et la Seconde Guerre Mondiale. En 2021, Battlefield 2042 nous projette cette fois en… 2042 pour un opus qui opère une « petite » révolution en abandonnant totalement sa section solo.

Vous en aurez donc déduit par vous-même que Battlefield 2042 est un épisode 100% multi-joueurs en ligne offrant trois modes de jeu, tous accessibles depuis le menu principal. La campagne marketing d’Electronic Arts était toute voile dehors depuis des mois maintenant à promouvoir le All-Out Warfare, aka Guerre Totale de son nouvel opus. C’est donc tout naturellement par cette face nord que nous avons commencé l’ascension de Battlefield 2042. Ce mode se décline en deux possibilités, Conquête et Percée, qui peuvent accueillir jusqu’à 128 joueurs simultanés. Oui, vous avez bien lu : 128. Pas sûr que vous comptiez 128 fans de jeux vidéo et a fortiori de Battlefield dans votre entourage. Une chose est sûre, la rédaction de Digital Ciné est beaucoup plus petite que ça. D’ailleurs on met au défi n’importe quelle rédac de jeux vidéo d’avoir 128 membres ! Et qui dit autant de monde en simultanée au même endroit dit forcément carte beaucoup plus grande (sinon, on se retrouverait vite entassé les uns sur les autres façon métro parisien aux heures de pointe). Résultat : un niveau de hiérarchisation supplémentaire a été ajouté au mode Conquête : des sections plus larges (identifiées par des lettres : A, B, C, etc.) sont désormais remplis des traditionnels drapeaux à capturer (A1, A2, etc.).

Du côté de votre avatar, les classes (Assaut, Éclaireur, Médecin, Soutien) sont désormais remplacées par des spécialistes possédants chacun une capacité passive et un joujou actif. La mini-révolution se situe du côté de l’absence de limite dans le sens où une escouade pourra parfaitement être constituée d’un seul type de spécialiste. Au risque de déséquilibrer le groupe. Dans le même ordre d’idée, rien n’interdit d’opter pour les équipements que l’on souhaite indépendamment de la spécialité de son avatar. En d’autres termes, c’est open-bar. L’autre nouveauté mise en avant lors de la campagne promo de Battlefield 2042 se trouve du côté des conditions météo qui peuvent aléatoirement vous faire apparaître une tempête de sable qui réduit considérablement la visibilité ou encore une tornade que les plus téméraires affronteront à pied histoire de se retrouver projetés dans les airs façon Twister (vous savez ce long-métrage signé Jan de Bont sorti en 1996) pour atterrir non pas au pays d’Oz mais au sommet des bâtiments, inaccessibles en d’autres circonstances.

Sur le papier les rêves de grandeur de Battlefield 2042 étaient plutôt bienvenus. Dans les faits, manette en mains, on se retrouve avec des aires de jeu bien mornes aussi bien visuellement qu’en termes de présence des joueurs avec de vastes zones où l’on ne croise pas un chat pendant plusieurs minutes avant de débarquer dans un secteur où tout le monde se tire la bourre. Par chance, histoire d’éviter de tout se taper à pinces, il est possible de demander un transport léger à l’aide de la tablette numérique présente sur votre avant-bras. Plus généralement, une fois sur ces gigantesques cartes, les affrontements tournent rapidement au grand capharnaüm totalement désordonné. On tente vaille que vaille de suivre nos compagnons d’armes, on se fait shooter d’on ne sait pas bien où. En clair, avec ou sans calamités météorologiques, on a l’impression d’avancer à vue. Peut-être eu-t-il été plus judicieux de mettre un peu d’ordre dans tout ça plutôt que de lâcher les joueurs façon « Faites vos jeux, rien ne va plus ! Le treize, impair et meurs ! ». Après tout, les militaires ne disposent-ils pas d’un plan de bataille dont semble totalement dépourvu ce gigantesque mode Guerre Totale. D’autant plus que la carte n’aide nullement à se repérer. En s’y référant, on a juste l’impression d’être un point (lequel d’ailleurs ?) paumé au milieu de nulle part. Techniquement, ce mode n’est pas non plus le plus fou fou qui soit et sur notre version PlayStation 5 nous avons été confrontés à pas mal de phénomènes de clipping. Des cartes trop grandes avec trop de monde dessus sans doute pour une « simple » next gen. En est-il de même sur PC ?

Dans un registre plus intimiste, le mode Hazard Zone permet de jouer en coopération au cours de parties plus courtes (15 / 20 minutes maxi) sur des cartes plus réduites en équipes de quatre joueurs qui doivent récolter un maximum de disques durs de données (jusqu’à trois maxi par joueur). Enfin, le mode Portal propose de concevoir et partager ses créations en allant piocher dans les éléments provenant du présent Battlefield 2042 mais aussi et surtout des précédents opus (Battlefield 1942, Battlefield 3 et Battlefield : Bad Company 2). Ce qui revient en somme à jouer aux anciens opus mais avec le moteur graphique du nouveau. Les fans de longue date apprécieront très certainement même si la confection au pad n’est pas des plus pratiques et que l’on devine bien volontiers les préparatifs d’un tel mode beaucoup plus adaptés au combo clavier / souris. Deux cartes par jeu sont disponibles au lancement mais un onglet « Boutique » laisse déjà entrevoir un bien douloureux passage par la case « tiroir-caisse ». Faites chauffer la CB !

Selon le dicton populaire, ce Battlefield 2042 a de toute évidence eu les yeux plus gros que le ventre, à tout le moins pour respecter l’échéance incompressible d’une sortie avant noël, période critique pour toutes les grosses licences vidéoludiques. Ce n’est malheureusement pas le report d’un mois sur la date initiale du 22 octobre qui aura permis au studio DICE de rectifier le tir. On devine bien volontiers les équipes en train de travailler d’arrache-pied pour améliorer les choses depuis plusieurs semaines et pour les nombreux mois à venir à grand coup de patches. Il suffit pour s’en convaincre d’aller jeter un coup d’œil du côté de la page dédiée aux mises à jour sur le site officiel du jeu : déjà quatre patches en un mois !

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.