Archives par mot-clé : Denis Podalydès

Fiche film : Les Amours d’Anaïs (2021)

Les Amours d’Anaïs est le premier long-métrage de Charline Bourgeois-Tacquet, qui avait déjà dirigé Anaïs Demoustier dans son court-métrage Pauline asservie. C’est l’envie de prolonger sa collaboration avec la comédienne qui a poussé la réalisatrice à faire ce film. Elle l’a écrit en ayant l’actrice en tête.

Les Amours d’Anaïs a été présenté à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2021.

Continuer la lecture de Fiche film : Les Amours d’Anaïs (2021)

Fiche film – Les 2 Alfred (2020)

L’idée du film est née d’une envie assez ancienne de raconter l’histoire d’un homme obligé de cacher sa paternité pour trouver du travail. « À l’époque, j’étais moi-même père de deux enfants en bas âge et j’avais senti que ce pouvait être un ressort de comédie assez fort. J’imaginais cet homme en train d’extirper de sa poche un joujou de bébé en pleine réunion, de se mettre à fredonner machinalement une comptine… des situations très drôles… Et puis Denis Podalydès est devenu père à son tour et j’ai eu envie de reprendre cette idée avec lui. On a commencé à travailler ensemble, à improviser quelques scènes, et puis on a dévié vers une histoire qui ne nous correspondait plus. J’ai donc repris le scénario en me concentrant sur le monde de l’entreprise », confie Bruno Podalydès.

Continuer la lecture de Fiche film – Les 2 Alfred (2020)

Fiche film : Effacer l’historique

Dixième réalisation de Benoit Delépine et Gustave Kervern, Effacer l’historique est à la fois un film « période gilets jaunes » et une critique de l’ère numérique.

Gustave Kervern et Benoît Delépine n’avaient pas le droit de mentionner les noms des marques dans Effacer l’historique, ce qui a posé plusieurs difficultés : « Les grandes marques sont mieux protégées que les personnes physiques. On n’avait pas le droit de citer Cupertino, la ville d’Apple. C’est comme si on n’avait pas le droit de citer Clermont-Ferrand parce que c’est la ville de Michelin ! Non mais on rêve ! On a été obligé de blanchir les masques Anonymous avec des effets spéciaux, parce que les droits de ces masques appartiennent à la Warner. Même ce symbole d’anarchisme est privatisé par une multinationale. On est cernés. »

Continuer la lecture de Fiche film : Effacer l’historique

Fiche film : La Belle époque

L’idée de La Belle époque est venue d’une situation qui a paru à la fois pathétique et comique pour Nicolas Bedos : un type vieillissant est chez lui, il se dispute avec sa femme qui lui reproche sa misanthropie, son côté dépassé par l’époque, la technologie, Macron, ses enfants, bref, le type sort de la cuisine, traverse un couloir et rentre dans une petite pièce où tout le ramène dans les années 70, de la déco aux magazines disposés devant lui. Une sorte de bulle de protection régressive qu’il s’est lui-même fabriqué.

La Belle époque a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2019.

Continuer la lecture de Fiche film : La Belle époque

Fiche film : Les Grands esprits

Olivier Ayache-Vidal signe son premier long métrage avec Les Grands esprits. Ce sont les producteurs Thomas Verhaeghe (Atelier de Production) et Alain Benguigui (Sombrero Films) qui lui ont proposé l’idée d’un professeur d’un lycée bourgeois muté en banlieue, après avoir vu Welcome to China, un court métrage qu’il a réalisé en 2012.

La première question qui s’est posée pour Olivier Ayache-Vidal était de situer l’intrigue du film dans un lycée ou un collège. Le cinéaste s’est ainsi rendu dans plusieurs lycées professionnels du 93 à Aubervilliers, La Courneuve, Saint-Denis et a remarqué qu’il y avait beaucoup d’absentéisme mais que les élèves présents travaillaient.

Denis Podalydès a construit le professeur François Foucault principalement par rapport au père écrasant du personnage qui a une grande réussite en tant qu’homme de lettres : « Il a des opinions arrêtées, assez réactionnaires, on se doute qu’il est un peu écrasant. François Foucault n’a sans doute jamais songé à se rebeller contre lui, il a dû le subir et tenter de se faire un chemin dans son ombre. Il est hors de toute gloire possible. Il se venge un peu contre ses élèves d’Henri IV, se réfugiant dans le culte des langues anciennes. Il ne se doute pas qu’un tout petit peu de gloire (une gloire certes non médiatique) va lui venir de cette mutation à Stains, vécue d’abord comme un déclassement. Nous avons construit le personnage sur cette opposition entre le Foucault assez rigide, secrètement amer du début, et le Foucault plus incertain et plus généreux que les enfants du collège font peu à peu émerger en lui. »

Continuer la lecture de Fiche film : Les Grands esprits