Archives par mot-clé : Pio Marmaï

Fiche film : Comment je suis devenu super-héros (2020)

Comment je suis devenu super-héros est adapté du roman homonyme de Gérald Bronner, également co-scénariste sur le long métrage.

Comment je suis devenu super-héros devait à l’origine sortir en octobre 2020, mais il a été reporté au mois de décembre de la même année puis à avril et mai 2021 en raison de la pandémie de Covid-19. Finalement, le film sort le 9 juillet 2021 sur Netflix.

Comment je suis devenu super-héros est le premier long du réalisateur Douglas Attal dont le budget final titille les 15M d’euros.

Continuer la lecture de Fiche film : Comment je suis devenu super-héros (2020)

Comment je suis devenu super-héros – French Touch

On sait qu’entreprendre un film sera forcément un projet au long cours. Dans le meilleur des meilleurs des cas compter entre une et deux années. Pour Douglas Attal et Comment je suis devenu super-héros l’aventure a pris presque 10 ans entre la première rencontre avec Gérald Bronner, l’auteur du roman au titre éponyme, et sa diffusion sur Netflix le 9 juillet 2021. Entre-temps, le film a connu de multiples changements de caps, moult réécritures, différents partenaires et ce jusqu’à sa distribution d’abord prévue au cinéma sous l’égide de Warner France. Si d’ailleurs vous voulez en savoir un peu plus sur la genèse et le développement de ce projet pour le moins hors norme au sein de notre cinéma, on ne saurait trop vous inviter à découvrir notre interview avec Douglas Attal en cliquant ici.

Continuer la lecture de Comment je suis devenu super-héros – French Touch

Fiche film : K.O

K.O est le deuxième long-métrage de Fabrice Gobert après Simon Werner a disparu… (2010). On lui doit aussi les deux saisons des Revenants.

Avec sa coscénariste Valentine Arnaud, Fabrice Gobert souhaitait avant tout aborder les thèmes « de la violence au travail, des rapports de pouvoir, du mépris, de l’incapacité qu’ont certains à se mettre à la place de l’autre ». Il n’était toutefois pas question de l’aborder de manière frontale, mais par un biais fantastico-tragique et un personnage central antipathique. « Un personnage que l’on n’aime pas d’emblée. Un Scrooge, le héros d’Un Conte de Noël de Dickens, contemporain, dont la réussite est flagrante, qui a atteint les sommets et qui, du coup, méprise ceux qui n’ont pas réussi comme lui », confie le réalisateur.

Continuer la lecture de Fiche film : K.O

Ce qui nous lie : Un air de famille

La trilogie des aventures de Xavier Rousseau devenant (enfin) de l’histoire ancienne, Cédric Klapisch pouvait s’atteler à autre chose. Car il faut bien l’avouer, entre L’Auberge espagnole, Les Poupées russes et Casse-tête chinois, on cherche encore l’inspiration détonante. De celle qui permettait de dire que le bonhomme pouvait passer de l’un à l’autre sans coup férir. D’autant que si L’Auberge espagnole a marqué de son empreinte, les deux autres films se diluent plus dans une filmo rattrapée par les convenances alors même que Casse-tête chinois, son dernier long métrage en date, constituait plutôt le haut du panier. On se souvient d’ailleurs encore de la très belle séquence entre le père (Benoît Jacquot) venu visiter son fils (Romain Duris) dans ce New-York devenu le temps de quelques scènes, le réceptacle d’une filiation certes fragile mais bien réelle. Le spectacle « de générations qui ne se comprennent pas toujours mais dont les liens inébranlables et profonds permettent d’envisager l’avenir d’une manière enfin plus sereine. » Ce qui nous lie reprend en fait cette incursion alors embryonnaire pour en faire ce film totalement dédié à la transmission mais aussi à la terre.

Continuer la lecture de Ce qui nous lie : Un air de famille

Maestro : Comme le titre l’indique

Maestro raconte l’histoire d’une rencontre et d’un tournage. Celui de Jocelyn Quivrin, disparu en 2009 dans un accident de voiture, avec le réalisateur Eric Rohmer sur son dernier film Les Amours d’Astrée et de Céladon. Au départ, l’acteur voulait monter ce film en s’appuyant sur cette expérience de cinéma qui avait bouleversé sa vie tout en donnant un aspect moins attendu quant à sa jeune carrière. Le destin tragique que l’on sait n’aura pas eu la peau de ce beau projet qui a été repris par Léa Fazer, son amie de longue date et accessoirement auteure réalisatrice de déjà quatre longs métrages.

Continuer la lecture de Maestro : Comme le titre l’indique