Angélique (Michèle Mercier)

Angélique Marquise des Anges : des Blu-ray perfectibles

Pour aussi surprenant que cela puisse paraître Angélique Marquise des Anges restait inédit en haute définition. Un tort aujourd’hui réparé avec la sortie d’une intégrale de la saga en Blu-ray. Toute la question est alors de savoir si le coffret en question mérite de (re)passer à la caisse ?


  • Angélique - L'intégrale : Coffret Blu-ray
  • Commerçant
  • Prix
  • Évol.
  • Stock
  • Achat
  • Fonctionnement du tableau de prixFonctionnement du tableau :
    • Les offres sont listées par ordre croissant de prix.
    • Les offres sont actualisées régulièrement.
    • "Évol." indique la variation du prix entre 2 mises à jour.
    • Nous travaillons continuellement avec les e-commerçants afin d'obtenir les offres absentes dans les meilleurs délais.

    Taux de change en date du 30 juillet 2021 :
    • 1 Livre Sterling = 1,17 Euro
    • 1 Dollar Américain = 0,84 Euro
    • 1 Yen = 0,01 Euro

    IMPORTANT :
    • Bien que les éditions des différents pays soient précautionneusement regroupées, nous vous invitons à vérifier leur contenu exact avant d'acheter : packaging, pistes sons, sous-titres, bonus, etc.
    • DigitalCiné ne saurait être tenu pour responsable en cas d'achat erroné.
    • DigitalCiné perçoit un modeste pécule sur les achats effectués via ces liens d'affiliation.
    Angélique - L'intégrale
  • Année :
  • 1964 - 1968
  • Réalisateur :
  • Bernard Borderie
  • Éditeur :
  • StudioCanal
  • Sortie le :
  • 18 novembre 2020 (France)
  • Test Blu-ray
  • Image :
  • Son :
  • Bonus :

  • Angélique Sancé de Monteloup, Comtesse de Peyrac, Marquise de Plessis-Bellière. Une liste de noms bien longue pour une seule et même personne. Mais pas n’importe laquelle : Angélique Marquise des anges, du nom de son héroïne et premier opus d’une saga cinématographique en cinq actes, désuet pour les uns, indémodable pour d’autres mais qui, dans les années 60 n’en remporta pas moins un succès indéniable dans les salles obscures avec un total d’entrées qui culmina à plus de 11 millions de spectateurs.

    La saga Angélique au box office français

    • Angélique Marquise des Anges (1964) : 2 958 684 entrées
    • Merveilleuse Angélique (1965) : 2 349 430 entrées
    • Angélique et le Roy (1966) : 2 182 873 entrées
    • Indomptable Angélique (1967) : 1 910 585 entrées
    • Angélique et le Sultan (1968) : 1 780 555 entrées

    Chiffres : CBO

    Angélique : une icône du cinéma français

    Comment expliquer un tel succès ? Par l’excellente santé du cinéma populaire hexagonale de l’époque d’une part qui vit naître quantité de « classiques indémodables » emmenés par des réalisateurs et des acteurs inoubliables : Lautner, Oury, De Funès, Bourvil, Ventura, Gabin, etc… on en passe et des meilleurs. D’autre part par l’impétuosité, la fougue, le panache dont faisaient preuve les productions d’alors. Une course éperdue vers toujours plus d’exploits et d’aventures qui pourrait être symbolisée par le mythique Homme de Rio et in extenso les multiples collaborations du duo Philippe De Broca / Jean-Paul Belmondo. Enfin par l’attrait jamais démenti du public français pour les films dits « en costume », la tripoté de succès remportés par les longs-métrages de Jean Marais étant là pour le réaffirmer.

    La saga des Angélique s’inscrit à merveille dans ce courant 60’s avec ses costumes et ses décors à foison et ses multiples complots dans les arcanes du château de Versailles et les ruelles de Paris sous le règne de Louis XIV. Sans oublier son fil rouge narratif, parent lointain de La Belle et la Bête : une histoire d’amour impossible entre Jeoffrey de Peyrac interprété par un Robert Hossein balafré à souhait et boiteux au possible et Angélique interprétée par Michelle Mercier, véritable fantasme au féminin et portrait avant-gardiste s’il en est (l’action se déroule au 17ème siècle) d’une femme à poigne qui ose tenir tête à la gent masculine et de surcroît un brin libertine ; la quantité d’hommes qui passeront dans sa couche étant somme toute assez élevée. Michelle Mercier, une actrice que d’aucuns comparaient à l’autre icône de l’époque qu’était Brigitte Bardot et dont la carrière s’arrêta brusquement peu d’années après le triomphe de la saga Angélique alors qu’elle avait jusque-là tourné devant la caméra et aux côtés des plus grands : Jean-Pierre Meville, Jacques Deray, François Truffaut, Denys de La Patellière, Jean-Pierre Belmondo, Romy Schneider, Michele Morgan… Dans le seul et unique bonus présent au sein de ce coffret, un portrait aussi sincère que touchant réalisé en 2012 lui est d’ailleurs consacré, retraçant cette apothéose suivie de cette chute difficilement explicable : Michèle Mercier l’insoumise.

    De haut en bas :

    • Captures DVD Film Office 2000
    • Captures Blu-ray StudioCanal 2014
    Angélique : un coffret Blu-ray pas vraiment iconique

    Par-delà le plaisir, toujours intact un demi-siècle plus tard, de (re)découvrir la saga Angélique, la question est donc de savoir si les performances techniques délivrées par les Blu-ray sont à la hauteur du mythe. La réponse est oui… et non ! Parmi les points positifs, on retiendra une restauration globalement satisfaisante, une gestion des couleurs très agréables où celles-ci n’ont pas été sursaturées et une définition de bon aloi. Autant de qualités qui font plaisir à voir… la plupart du temps (surtout si l’on compare avec la première édition DVD parue chez Film Office en 2000) mais hélas pas toujours.

    Si l’on prend le premier opus, Angélique Marquise des Anges. Tout se déroule pour le mieux au cours de la première heure. Puis, alors que notre Comtesse et son « Jeoffrey » (à prononcer langoureusement comme seule Michèle Mercier sait si bien le faire) coulent des jours heureux dans le jardin de leur propriété, le messager qui s’approche au loin est, tel un triste sire, l’annonciateur du début des ennuis ; dans la vie du couple tout comme dans celle du coffret Blu-ray. Et une vilaine traînée d’apparaître alors sur le visage d’Angélique quelques secondes plus tard. Le premier d’une série de défauts de copie qui ne vont cesser de réapparaître par la suite au gré des longs-métrages et à intervalle plus ou moins irrégulier (cf. les captures comparatives Blu-ray vs DVD ci-dessus qui font apparaître une traînée rouge verticale dans les deux arrière-plans). À ceux-ci vont venir s’ajouter des plans à la définition en berne, comme si certaines séquences ou certains morceaux de péloche n’avaient pas fait l’objet des mêmes attentions au niveau de la restauration. Ajoutons à cela un dégrainage plus ou moins prononcé sur des pans entiers et au terme des cinq longs-métrages, on se retrouve in fine avec un plaisir de visionnage haute définition qui joue les montagnes russes. La partie sonore s’en tire nettement mieux avec une piste française DTS-HD Master Audio 2.0 mono globalement très propre qui sait retranscrire avec limpidité et panache tantôt les dialogues, tantôt les duels et autres batailles, sans pour autant faire fi de l’inoubliable partition signée Michel Magne. Quel dommage que l’image ne revête point des atours aussi enjôleurs, le plaisir de la (re)découverte de la saga Angélique en eut été autrement plus appréciable.

    Spécifications techniques :

    • Image : 2.35:1 encodée en AVC 1080/24p
    • Langues : Français DTS-HD MA 2.0 Mono, Audio-description DTS 2.0
    • Sous-titres : Français pour sourds et malentendants
    • Durée : 1h 56min 29s, 1h 44min 39s, 1h 44min 04s, 1h 25min 45s, 1h 37min 21s
    • 5 BD-25

    Bonus :

    • Michèle Mercier l’insoumise (50min 15s, SD) présent sur le Blu-ray de Angélique Marquise des Anges

    Captures Blu-ray – Angélique Marquise des Anges

    Captures Blu-ray – Merveilleuse Angélique

    Captures Blu-ray – Angélique et le Roy

    Captures Blu-ray – Indomptable Angélique

    Captures Blu-ray – Angélique et le Sultan

      Lâchez-vous !

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *