Archives de catégorie : Cinéma

Licorice Pizza – The Master PTA

On terminait notre avis sur Phantom Thread par ces quelques mots : « (…) un film ectoplasmique d’où n’émane qu’une forme de suffisance atone et inquiétante pour la suite d’une filmo de plus en plus sous respiration artificielle ». Oui on sait, s’auto-citer de la sorte peut aussi s’apparenter à de la suffisance. D’autant que pour le coup, on se mettait le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate. C’est que Licorice Pizza est une petite dinguerie haute en couleur, primesautière en diable et foutraquement romantique. Bref, tout à l’opposé de la quasi-totalité de la filmo de Paul Thomas Anderson qui nous avait donc habitué jusqu’ici à des pensums lestés jusqu’à la gueule de sur-significations politico-historico-philosophiques et des mises en scènes à peine moins chargées. Elle était en effet bien loin la réussite naïve et prometteuse du Boogie Nights (1998) de ses débuts et celle, emprunte d’une délicatesse magistralement assumée, de Punch-Drunk Love (2003).

Continuer la lecture de Licorice Pizza – The Master PTA

Midi-Minuit Fantastique Volume 4 : Restauration d’un objet mythique

Ce tome 4 tant attendu est enfin arrivé ! C’est le tome final de cette nouvelle édition intégrale 2014-2021. Il comporte les n°18-19 (décembre 1967 – janvier 1968) à n°25-26 (été 1973). Cet ouvrage de 752 pages est, comme les trois premiers volumes, un beau livre (reliure, papier glacé, grand format 26 x 22,5 cm). C’est une version entièrement restaurée et augmentée de l’intégrale de la revue Midi-Minuit Fantastique : texte ressaisi et homogénéisé, éléments graphiques de la maquette d’origine nettoyés (couvertures, titres, publicités d’époque), photos puisées aux meilleures sources HD – le tout dans le respect de la maquette originale.
Il est accompagné d’un DVD de 240 minutes contenant un excellent documentaire sur l’histoire de la revue ainsi que 8 rares courts et moyens métrages français fantastiques, tournés entre 1963 et 1972. Son édition est renforcée par une rétrospective parisienne du 15 décembre 2021 au 09 janvier 2022 au Forum des Images de classiques « midi-minuistes », notamment des films majeurs de Terence Fisher, de Roy Ward Baker, de Henry Cass, de Mario Bava, de Roger Corman, de Robert S. Baker & Monty N. Berman, d’E. B. Schoedsak, de Michael Powell, de Seijun / Kyonori Suzuki, d’Alain Jessua, d’Harry Kümel ainsi que quelques rares courts et moyens-métrages français) sans oublier des expositions et des présentations par Nicolas Stanzick, le jeune maître d’œuvre de cette restauration et de cette programmation.

Continuer la lecture de Midi-Minuit Fantastique Volume 4 : Restauration d’un objet mythique

Les 1000 films culte de l’histoire du cinéma par Jean Serroy

Les films considérés comme cultes réussissent « (…) d’une manière ou d’une autre, pour le meilleur ou pour le pire, à imprimer leur marque sur nous. Une chose qu’ils ont en commun : leur absence de médiocrité. L’audace de leurs aspirations les rend uniques. Certains échouent mais s’écrasent de façon si spectaculaire que cela vaut la peine de revenir de temps en temps voir le désastre. Ce qu’ils ont tous réussi à faire, c’est susciter des sensations authentiques et passionnées chez leurs partisans. Tout ce qui peut faire de nouveau circuler le sang dans nos veines contribue à ce que la vie vaille d’être vécue… au moins pour deux heures de plus. »

Continuer la lecture de Les 1000 films culte de l’histoire du cinéma par Jean Serroy

Mourir peut attendre (au service secret de sa Majesté)

Daniel Craig a hésité avant d’endosser une dernière fois le costume de l’espion de cinéma le plus célèbre au monde. Il faut croire que « l’expérience » 007 Spectre ne l’a pas totalement convaincu et qu’il manquait une véritable conclusion rompant ainsi avec la tradition de la franchise. Et de fait avec ce cinquième et dernier opus, l’évidence est là. On ne sait si les têtes pensantes avaient déjà à l’époque de Casino Royale en 2006 une vague idée de l’arc narratif des cinq prochains films (un peu comme cela se fait de nos jours sur une série télé), mais à l’évidence aujourd’hui celui-ci s’inscrit à la fois dans une authentique continuité bondienne tout en s’en démarquant plutôt violemment. De fait Mourir peut attendre ne manquera pas d’irriter les autoproclamés gardiens du Temple alors qu’à l’évidence il marche dans les pas d’un certain Au service secret de sa Majesté (1969) réalisé par l’oublié Peter Hunt. Il est vrai l’un des films, sinon le film le plus décrié de la série mais aussi le Bond le plus cathartique de la franchise et finalement celui qui nous tient le plus à cœur. Jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Mourir peut attendre (au service secret de sa Majesté)

Le Ciel est à vous – L’amour d’une femme… et d’un homme

Quand on associe Le Ciel est à vous à sa date de sortie, on ne peut s’empêcher de tiquer. En effet, comment ce film tourné en 1943 qui donne une image si moderne du couple et de la femme a pu être produit et distribué en pleine occupation allemande et in fine si bien perçu par les édiles collabos du régime de Vichy ? Régime dont la devise officielle était, faut-il le rappeler, Travail, Famille, Patrie. Et pas qu’un peu puisque l’on peut lire par exemple sous la plume d’une certaine Arlette Jazarin un enthousiasme tous azimuts envers un film qui selon elle « nous transmet une image exacte de la France […] Le Ciel est à vous est la première œuvre qui montre exacte­ment des Français authentiques, leur dur labeur de chaque jour, leurs espérances moyennes, leur désir de laisser aux enfants une situation meilleure. Le ménage Gauthier est un véridique ménage de chez nous. » (Révolution nationale du 5/02/44).

Continuer la lecture de Le Ciel est à vous – L’amour d’une femme… et d’un homme