Archives de catégorie : Critiques Ciné

Titane – À l’intérieur

Un deuxième long, quand le premier a été si remarqué, discuté pour ne pas dire encensé, est une aventure encore plus ardue. Comment faire mieux ? Comment ne pas se répéter ? Comment continuer à surprendre ? Comment faire abstraction à tout ce qui a déjà été dit sur son premier film (les critiques, les proches, la profession…) ? Y en a qui enchaînent dans la foulée quand c’est possible. Y en a qui s’exilent car la France reste un petit pays et parfois se perdre, au hasard à Hollywood, permet de se confronter à d’autres réalités tout en continuant à forger sa personnalité de cinéma. Julia Ducournau a préféré prolonger son « apprentissage » en France. Pour cela, il lui a fallu près de quatre ans. Elle le dit, elle est passée par toutes les phases à commencer par l’abattement (et certainement une forme de dépression), un blocage engendré par la peur de « mal faire » pour finalement tout bazarder et lâcher les amarres. Et franchement, dès les premières minutes de Titane, un accident de voiture puis un long plan séquence virtuose (tourné dès le premier jour de tournage) dans les arcanes underground d’une expo de bagnoles où se trémoussent des pin-up habillées de peu de choses et d’une photo ultra criarde, on se dit en effet que la cinéaste de Grave a voulu se rassurer tout en nous en mettant plein la gueule.

Continuer la lecture de Titane – À l’intérieur

Comment je suis devenu super-héros – French Touch

On sait qu’entreprendre un film sera forcément un projet au long cours. Dans le meilleur des meilleurs des cas compter entre une et deux années. Pour Douglas Attal et Comment je suis devenu super-héros l’aventure a pris presque 10 ans entre la première rencontre avec Gérald Bronner, l’auteur du roman au titre éponyme, et sa diffusion sur Netflix le 9 juillet 2021. Entre-temps, le film a connu de multiples changements de caps, moult réécritures, différents partenaires et ce jusqu’à sa distribution d’abord prévue au cinéma sous l’égide de Warner France. Si d’ailleurs vous voulez en savoir un peu plus sur la genèse et le développement de ce projet pour le moins hors norme au sein de notre cinéma, on ne saurait trop vous inviter à découvrir notre interview avec Douglas Attal en cliquant ici.

Continuer la lecture de Comment je suis devenu super-héros – French Touch

Ailleurs – Le Destin du voyageur

Un paysage désertique en images de synthèse. Des aplats de couleurs minimalistes. Un arbre et un parachutiste aux formes peu détaillées. Une impression de flottement, d’arriver au cœur d’un jeu vidéo au budget limité. Voilà la première image d’Ailleurs dont on ne saura guère plus des tenants et des aboutissants. Magie du cinéma sans parole – courant en animation, surtout dans le court métrage – qui emporte le spectateur dans un monde, un peu à l’image du nôtre mais jamais totalement, dont les mystères ne seront jamais élucidés, pas même dans une résolution aussi mystérieuse que le point de départ. À la manière du héros de la Tortue rouge, nul ne sait d’où il vient, qui il est, pourquoi il est arrivé, où il est, ni ce qu’il fait. Il s’y trouve, veut s’échapper et son trajet débute alors. Ici le cheminement est plus matériel que spirituel contrairement au film de Michael Dudok de Wit mais les deux dimensions ne sont jamais bien loin et font écho l’une avec l’autre. Continuer la lecture de Ailleurs – Le Destin du voyageur

Les Dents de la mer – Premier blockbuster de l’ère moderne

En cet été 1980, il n’était pas rare de croiser sur une serviette de plage quelque peu recouverte de sable californien, la couverture jaunie et prématurément défraichie par la combinaison fatale soleil – sel marin du livre devenu poche de Peter Benchley. Elle restait toutefois accrocheuse cette couverture puisqu’elle avait avantageusement repris l’affiche du film de Spielberg devenu entre-temps le carton mondial que l’on sait prolongeant par la même occasion la longévité d’un bouquin devenu en 1974  un best-seller instantané. Il était aussi marrant de voir que beaucoup des propriétaires de ces serviettes ensablées ne se mouillaient pas plus qu’un demi orteil laissant les flots tumultueux du pacifique aux seuls surfers du coin qui ne pouvaient que se réjouir d’une telle désaffection de leur air de jeu.  Oui, Les Dents de la mer était à l’orée de cette nouvelle décennie définitivement entrée dans l’imaginaire collectif que l’on appelle dorénavant la Pop Culture.

Continuer la lecture de Les Dents de la mer – Premier blockbuster de l’ère moderne