Les Oubliés - Image une fiche film

Fiche film : Les Oubliés

Les Oubliés raconte l’histoire méconnue de crimes de guerre sordides commis par le gouvernement danois à la fin de la seconde guerre mondiale. Celui-ci utilisait en effet des enfants allemands prisonniers dans le but de leur faire désamorcer des mines enterrées par la Wehrmacht. Cette pratique a été déclarée par des historiens comme le pire crime de guerre jamais perpétré par un gouvernement.

En tout, ce sont plus de 2000 jeunes allemands qui ont été forcés de désamorcer les mines de leur armée sur le sol danois. Ils sont plus de 1000 à avoir perdu la vie ou avoir été mutilés.

«Je souhaitais révéler une histoire s’inspirant de faits historiques qui ne sont franchement pas à la gloire du Danemark. Jusqu’ici, la plupart des historiens ont évité d’aborder le sujet, sans doute de manière bien compréhensible. » – Martin Zandvliet

Les Oubliés (Under sandet – 2015)

Réalisateur : Martin Zandvliet
Acteurs : Roland Møller, Mikkel Boe Folsgaard, Joel Basman, Leon Seidel, Oskar Bökelmann
Durée : 1h41
Distributeur : Bac Films
Sortie en salles : 1er mars 2017

Résumé : 1945. Danemark.
Fin de la Seconde Guerre Mondiale.
Plusieurs soldats allemands, à peine sortis de l’adolescence, sont faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer les mines enfouies le long de la côte. Pour eux, la guerre est loin d’être terminée. Inspiré de faits réels, Les Oubliés raconte cet épisode tragique de l’Histoire.

Articles / Liens :

  • Avis express :  Épisode totalement méconnu de la fin de la seconde guerre mondiale, Les Oubliés raconte en effet comment le gouvernement danois a laissé l’armée anglaise s’approprier de jeunes prisonniers de guerre allemands (certains pouvant avoir à peine 13 ans) qui étaient sous leur responsabilité pour qu’ils déminent les plages du littoral danois. La plupart n’y survivront pas. Film catharsis s’il en est, Les Oubliés a pour lui un traitement proche du documentaire et une empathie discrète mais de plus en plus forte pour ses personnages au fur et à mesure que le film avance, permettant au spectateur de s’identifier sans que pour autant les enjeux soient dans la victimisation du peuple allemand au sortir de la guerre comme on commence à trop le constater dans la littérature européenne lors de la dernière décennie. L’équilibre était donc fragile mais il est tenu tout du long avec de surcroît une direction d’acteurs très en phase avec l’histoire que cela raconte (un officier danois dont le regard évolue vis à vis de ce petit groupe de jeunes prisonniers de guerre allemands que l’on a improvisés démineurs). Enfin, la mise en scène de Martin Zandvliet peut sembler en retrait mais, à l’évidence, c’est un choix assumé afin de laisser respirer le destin de ce juste qui permet d’atténuer la tragédie au sein de la grande Histoire. 3,5/5SG
  • Avis express n°2 : D’aucuns diront que l’évocation de ce pan méconnu de la Seconde Guerre Mondiale est très académique tant il est vrai que l’on voit très souvent venir à des kilomètres le contenu de la prochaine séquence et où tout ceci cherche à nous emmener, notamment au travers de l’évolution de la relation entre ces jeunes prisonniers et leur geôlier. Mais il n’en demeure pas moins vrai que ces oubliés appellent à une réflexion tout sauf inutile sur la Guerre au sens large au travers de ce qui restera sans doute à jamais comme le conflit le plus marquant de l’Histoire (enfin, quelque part on l’espère), et plus particulièrement le sort réservé aux vaincus par les vainqueurs. 3,5/5 – SA

  Lâchez-vous !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.